Dystopie

LE JOUR QUI NE VIENT JAMAIS | Sylvain Reverchon

APOCALYSPE, HANDICAP ET COCA-COLA…

I did it! Et oui je suis venue à bout de ce pavé de près de 700 pages. C’est pourquoi je voulais déjà m’auto féliciter pour ce petit exploit, moi qui n’aime pas spécialement les romans trop longs.
Mais rassurez-vous, malgré ses nombreuses pages, à aucun moment je n’ai voulu lâcher ce roman. Il possède les ingrédients qui retiennent le lecteur.
A savoir :
– une intrigue intrigante : on veut en connaître plus, mettre en place les pièces du puzzle et savoir ce qui va advenir de nos personnages.
– du rythme, grâce à des chapitres qui alternent passé et présent et les points de vue.
– de l’émotion avec des scènes consacrées au passé qui retracent avec beaucoup de justesse et de réalisme les liens unissant un père et son fils, ainsi que la psychologie et le mal être du protagoniste.
– de l’action comme dans toute bonne dystopie, avec des passages qui n’épargnent pas le lecteur des détails sordides et des descriptions douloureuses.
Mais le gros point fort de ce roman reste avant tout Chris, son personnage principal.
Il est imparfait, caustique, use de second degrés et de références succulentes à la culture populaire.
À noter également qu’il est handicapé, ce qui est dû jamais vu (pour ma part) dans ce type de roman. Le fait qu’il dépende alors des autres pour sa survie et qu’il soit totalement ordinaire le rend réellement attachant.
Vous comprendrez alors que je ne me suis pas ennuyée durant ma lecture, qui m’a fait penser à un mélange de the Walking dead et de Mad Max.
Mes seuls reproches s’orientent vers les descriptions que j’ai trouvé parfois longues et superflues et la chute du récit qui, parce qu’elle détonne avec le reste du roman, m’a laissée perplexe.
Mais ces éléments minimes ne doivent pas vous empêcher de laisser sa chance à cette dystopie étonnante. Amateurs de récit de survie, foncez et vous comprendrez ce que le coca vient faire dans le titre de cette chronique

VERDICT : 🖋️🖋️🖋️ Lu et Dévoré

4E DE COUVERTURE

Après six années de coma dues à un grave accident de voiture, Chris se réveille dans une chambre d’hôpital déserte et dévastée, abandonnée de tous. Il ne peut compter que sur ses souvenirs pour retracer le chemin qui l’a mené jusqu’ici. Comment retrouver ceux qu’il aime, cloué sur son lit de souffrances ? Comment même savoir s’ils sont encore en vie, au milieu de ce monde qui semble avoir connu l’apocalypse ? Quel est son rôle à jouer dans cette partie d’échecs qui semble perdue d’avance ? Il devra tenter de répondre à toutes ces questions au cours de cette dystopie moderne aux allures d’un western brutal, émouvant, fantastique et plein d’humour. Dans sa recherche de la compréhension, il va rencontrer des personnages capables de l’aider à vivre, et à gagner le plus vieux combat de l’humanité : le Bien contre le Mal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s