Contemporain

LE NOMBRIL DE SOLVEIG | OLIVIER SORIN

UN ROMAN QUI NE LAISSE PAS INDIFFÉRENT…


J’ai vu passer de nombreuses fois ce roman sur Instagram avant de me plonger moi-même dans ses pages.
J’ai lu de nombreux avis, souvent tout blanc ou tout noir, avant de pouvoir me faire ma propre opinion.
J’ai laissé passer quelques jours avant de finalement vous donner mon ressenti.
Car oui, ce roman sort du commun et sa lecture est loin d’être une promenade de santé, il a donc fallu laisser cet ouvrage décanter.
Car oui, pour lire ce roman, il vous faudra un vrai dictionnaire ( j’ai testé Alexa mais elle n’avait pas toutes les réponses à mes questions…) et de la patience.
Mais avant de parler de la forme, parlons du fond!
Sur plusieurs décennies, nous suivons l’histoire d’amour contrariée de Standor et Solveig, de ses premiers balbutiements dans un rayon de Monoprix, à ses espoirs inavouables sur un marché marocain. Standor aime Solveig d’une passion inexplicable mais parce que la vie n’est pas si simple, la belle, dont les sentiments semblent pourtant réciproques, ne cesse de disparaître, laissant derrière elle mystère et désolation.
Alors même s’il est difficile de comprendre ce qui pousse cet homme à s’accrocher à une femme (et à son nombril) qu’il connaît à peine, j’ai suivi avec intérêt son parcours, avide de connaitre le fin mot de l’histoire.
Et c’est parce que j’ai aimé l’intrigue que je trouve dommage d’avoir alourdi ce récit prometteur avec des fioritures stylistiques.
Je m’explique : j’admire les auteurs qui osent et n’ont pas peur d’effrayer les lecteurs en utilisant un vocabulaire soutenu et des tournures littéraires travaillées. Cela ne peut que nous enrichir intellectuellement.
Cependant la frontière entre prose poétique voire philosophique et lourdeur est très mince et ici, à mon sens, elle a été franchie.

Et comme dix explications ne vaudront jamais une démonstration, je vous mets en commentaire quelques citations qui reflètent assez bien l’ensemble du livre, vous pourrez ainsi vous faire un début d’opinion et juger par vous-même si vous êtes prêts à vous plonger dans les pages de ce roman.

« Des ruelles nécrotiques jusqu’au cœur isolé du port de pêche, Standor redécouvrait la poésie d’une citée diaprée et munificente.Dans ses échanges avec les Souiries, ventrus ou cachectiques,languides ou impavides, Standor apprenait l’aménité immanente d’un peuple… »

 » Didier détestait les gares car elles étaient les métastases urbaines, l’antonyme de la fixité dans laquelle il aimait se prélasser. Pour quelles raisons ces lieux de passage agrégeaient-ils systématiquement les flaques des non-conformistes se diluant aux touristes et aux hommes d’affaires? »

Je tiens tout de même à remercier Olivier Sorin pour l’envoi de ce roman, ce n’est jamais évident de se soumettre à la critique, et si la mienne est mitigée, je ne doute pas que ce livre saura conquérir d’autres lecteurs.

VERDICT : 🖋️ Lecture en demi-teinte


.

4E DE COUVERTURE

Standor a rencontré Solveig mais elle le quitte au seuil de chaque hiver puis lui donne la clef lui permettant de la retrouver à l ́aurore de chaque automne. Quel est le secret de cette femme qui la pousse à fuir un bonheur parfait et à laisser cet homme en proie au vertige de l ́abandon et de la solitude sans jamais lui avouer la blessure qui la ronge ? Ce roman décrit la relation pendant deux décennies entre Standor et Solveig, femme pointillant la vie du photographe amoureux d ́un fantôme qu ́il ne parvient pas à fixer dans sa vie. Standor Moire va tout au long de cette histoire tenter de retenir celle qui disparaissait et réapparaissait au gré de ses automnes. Le récit narre la fuite de cette femme, de ses retours grâce aux pellicules photographiques de Standor et de l ́enquête de l ́homme pour comprendre comment le nombril de sa promise n ́avait pas d ́autre alternative que de se donner rendez-vous sur ces vieux films argentiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s