Contemporain

LA JEUNE FILLE DE CHTOUKA | AURÉLIE BOUSSARD

ETRE UNE FEMME DANS UN PAYS DE TRADITIONS…

La jeune fille de Chtouka c’est un parcours de vie.

Celui d’Assia, petite marocaine, orpheline de mère, dont nous faisons la connaissance alors qu’elle est âgée de 14 ans. La vie ne sera pas tendre avec elle. Il faut dire qu’Assia part avec des désavantages considérables : c’est une femme, elle est pauvre et n’a pas reçu d’éducation scolaire.

Même si le Maroc tend à se moderniser, le poids de la religion et des traditions restent encore très encrés dans les mentalités. Trop peut être pour qu’une gamine de la campagne s’autorise à rêver. Alors Assia sera bonne à tout faire, c’est le seul métier auquel elle peut aspirer. De son adolescence à Chtouka où sa vie est dévouée à sa famille, jusqu’à son quotidien de bonne pour les familles aisées de Casablanca, nous serons témoins de ses peurs, de ses peines, de ses déconvenues, mais aussi de ces quelques rayons de soleil qui illumineront parfois son destin. 

La jeune fille de Chtouka, c’est un parcours de vie. 

Celui d’Assia, petite marocaine, orpheline de mère, à qui on a envie de tenir la main très fort. On voudrait l’accompagner et lui dire « ça va aller, tu es forte, tu vas t’en sortir ». Dire que ce personnage est touchant serait encore loin de la vérité. Assia est un cœur pur, une femme privée de choix et de ses droits mais qui avance, guidée par sa lumière intérieure.Son histoire force l’admiration et l’empathie.

En tant que femme, il est impossible de ne pas être sensible à ce récit. C’est le hasard seul qui nous a fait naître au bon endroit et au bon moment. Toutes n’ont pas cette chance. Ce roman nous le rappelle, tout comme il nous dit que le chemin est encore long pour que les femmes soient libres.

J’avais lu le premier roman d’Aurelie Boussard, et si je l’avais apprécié, il m’avait manqué des petits plus. Avec ce second roman, je suis épatée de voir à quel point sa plume a mûri. L’écriture est dynamique, grâce à des chapitres très courts. Les personnages sont plus travaillés, l’intrigue plus fouillée et l’équilibre entre description et action est parfaitement maîtrisé. Évidemment, la part de romance m’a conquise, elle transpire la bienveillance et apporte beaucoup de délicatesse au récit. Alors je remercie vivement l’auteure de m’avoir fait découvrir ce second roman et par la même occasion, la belle évolution de ses écrits. 

POUR RÉSUMER

LES + : un récit plein de sensibilité, qui met à l’honneur une femme forte. 

LES – : j’aurais aimé un repère concernant l’époque, avec une date, mais rien de bien grave… 

VERDICT : 🖋️🖋️🖋️🖋️ Coup de Coeur

4E DE COUVERTURE

Il y a ceux qui choisissent, ceux qui croient choisir et ceux qui subissent. Assia, petite marocaine de la campagne élevée par sa tante, ne débute pas bien dans la vie. Confrontée à l’abandon et à la pauvreté, elle est projetée bien trop tôt dans le monde des adultes. Sa famille l’envoie travailler à Casablanca alors qu’elle n’a que quinze ans. À travers son parcours éprouvant, nous vivons avec elle la difficulté d’être une femme au Maroc, ajoutée à celle d’être pauvre dans un pays où les inégalités sociales sont flagrantes. Et que dire de l’amour ? Aimer librement et décider de sa vie y sont des combats souvent perdus d’avance. Assia, elle, porte en elle une arme imparable, l’espoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s