Contemporain

DANS LE JARDIN DE L’OGRE | LEILA SLIMANI

MAIS QU’EST CE QUE JE VIENS DE LIRE ?

Oui, c’est bien la question que je me pose en refermant ce roman. Mais ne tirez pas de conclusions hâtives, ma question n’est en rien négative ! Au contraire, j’ai aimé être déconcertée, dégoutée, attristée, perplexe. J’ai aimé découvrir Adèle. 

Adèle, la fille.

Adèle, la journaliste.

Adèle, l’épouse. 

Adèle, la mère.

Adèle, la nymphomane. 

Car si je m’en réfère à la définition de « nymphomanie » du dictionnaire Le Robert, c’est bien de cela dont il s’agit :  «Exagération pathologique des désirs sexuels chez la femme ou chez des femelles de mammifères.»

Adèle pense au sexe sans arrêt. Elle évalue ses potentielles conquêtes continuellement. Elle ressent avec fièvre ce besoin d’exister. Besoin, qui pour elle, ne peut être assouvi qu’en étant désirée et prise. De façon brutale et obscène, de préférence. Avec n’importe qui, s’il le faut. Parce que cette perversion, cette face cachée est ce qui l’empêche de se sentir vide et ordinaire.

Avec une écriture mordante de par sa simplicité, Leila Slimani nous livre un roman cru et intense. Elle dépeint avec justesse les tourments d’une femme victime de ses pulsions, l’engrenage dans lequel elle se retrouve piégée. Et le tout sans jamais tomber dans les clichés ou la psychologie de bas étages.

Mais qu’est ce que je viens de lire? Un roman puissant, sans aucun doute!

POUR RESUMER

LES + : une écriture simple et percutante pour un récit autant déconcertant que fascinant.

LES – : RAS

VERDICT : 🖋️🖋️ 🖋️🖋️ Coup de Coeur

4E DE COUVERTURE

«Une semaine qu’elle tient. Une semaine qu’elle n’a pas cédé. Mais cette nuit, elle en a rêvé et n’a pas pu se rendormir. Un rêve moite, interminable, qui s’est introduit en elle comme un souffle d’air chaud. Adèle ne peut plus penser qu’à ça.»

Adèle semble heureuse avec Richard, le médecin qu’elle a épousé. Pourtant, elle ne peut s’empêcher de collectionner les conquêtes. Dans le jardin de l’ogre est l’histoire d’un corps esclave de ses pulsions que rien ne rassasie. Un roman féroce et viscéral sur l’addiction sexuelle et ses implacables conséquences.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s